Madame D'Aulnoy

Marie-Catherine Le Jumel de Barneville, baronne d’Aulnoy est née à Barneville dans l’Eure en 1650. Le 8 mars 1666, à l’âge de

seize ans, elle épouse François de la Motte, valet de pied du duc de Vendôme. Il a quarante-six ans. Elle aura de lui cinq enfants.

Décidée à se débarrasser d’un mari qu’elle déteste, elle l’accuse de crime. Mais la supercherie est vite découverte, et Madame d’Aulnoy doit
d’abord se réfugier en Angleterre pour fuir la justice. De là elle gagne l’Espagne, où elle rend à la cour de France de menus services.
Sur ces expériences elle fera paraître en 1690 Mémoires de la cour d’Espagne, suivis de la Relation du voyage d’Espagne (1691). Elle obtint le pardon du roi Louis XIV, vraisemblablement en servant ce souverain en qualité d’agent secret. De retour en France en 1685,
elle ouvre un salon littéraire à Paris, fréquenté par la société mondaine, et publie un recit romanesque qui connait un immense succès :
Histoire d’Hippolyte, conte de Douglas (1690). Autres succès retentissants : ses Mémoires de la cour d’Espagne (1690) et sa Relation du voyage en Espagne (1691), où l’on trouve le conte de fées qui donne le coup d’envoi à la « mode des contes de fées » qui fera fureur jusqu’aux dernières années du siècle : l’« Histoire de Mira », qui reprend le thème de Mélusine.

C’est en 1697 que paraît l’ouvrage qui la rend célèbre, Les Contes des Fées,
suivi en 1698, des Contes Nouveaux ou les Fées à la mode, publiés chez Barbin, contiennent des récits célèbres :
Gracieuse et Percinet, L’Oiseau bleu, La Belle aux cheveux d’or, Le Prince lutin, L’Oranger et l’Abeille, Le Rameau d’or. Ces ouvrages sont d’abord destinés aux enfants. Madame d’Aulnoy meurt le 14 janvier 1705 dans sa maison de Paris.

 

Biographie rédigée par Claire Billaud et publiée sous Licence de documentation libre (GFDL 1.2)